★ Les Enfants de Lumière : Tome 1 (#59)

Le Joyau de Vissara

Quatrième de couverture
« An 2122.
Les Vissariens sont les lointains descendants de réfugiés issus de la Terre, ayant tout oublié de leurs origines. Leur société est organisée en castes : les Élus et les Travailleurs. Les premiers dirigent et sont privilégiés. Les seconds travaillent et n'ont pas même le droit de lever les yeux sur les Élus. Elowa, une jeune Élue dotée d'une beauté quasi surnaturelle, attire la convoitise de nombreux hommes. Parmi eux se trouve un Travailleur prénommé Varnlock : osera‑t‑il franchir les interdits sociaux et conquérir le coeur de la femme qui fait battre son coeur ? Que fera Elowa face à ses obligations sociales, sachant qu'elle est vouée à un grand avenir aux côtés du Roi ? De plus grands enjeux attendent Elowa. Lorsque les Terriens débarquent sur Vissara, ils sont très vite dévorés par l'envie de s'approprier les richesses de ce nouveau monde. Selon une ancienne prophétie, la venue de ces voyageurs de l'espace provoquera l'embrasement de Vissara. Elowa ne le sait pas encore, mais son destin est intimement lié à cette prophétie.  »

Mon avis
J'adresse un énorme merci à Isabelle qui m'a fait parvenir son bébé une seconde fois, mais cette fois‑ci sous contrat d'édition. Merci également aux éditions Alter Real pour la rapidité d'envoi !

Nous prenons part au quotidien d'Elowa, jeune Élue vivant comme tous les membres de sa caste, dans le dome de Vissara. Si tous ses concitoyens se contentent de cette vie d'aisance bien à l'abri du monde extérieur, Elowa elle, rêve des étendues boisées, de la nature luxuriante qu'à à offrir Vissara. Ce besoin d'évasion s'explique en partie par la beauté légendaire d'Elowa, beauté qui l'exclu du reste des Élues et la rapproche trop à son goût des hommes qui ne voient en elle qu'une apparence à toucher sinon à posséder. Cherchant avant tout à assouvir sa curiosité et son besoin d'évasion, la jeune femme parvient à conclure un marché avec son père : elle accepte de renoncer à un grand voyage s'il lui accorde le loisir de se promener aux abord du dôme, dans le monde extérieur. Lors de l'une de ces promenades, Elowa se retrouve face à deux obstacles de taille : un tigre à dents de sabre aussi dangereux que féroce, et un homme aussi beau qu'inaccessible. Le système en vigueur interdit tout contact entre les Élus et les Travailleurs, mais comment garder ses distances de la seule personne capable d'écouter et d'agir ? Comment renoncer à une idylle naissante quand Elowa apprend enfin ce que singifie vivre... Au delà des intrigues intérieures au Dôme que s'aprête à affronter Elowa, elle doit très vite faire face à une menace extérieure : Vissara est la cible d'une entreprise colonialiste évoquée dans une prophétie sans âges. Entre trahison, déception et espoir, la jeune femme est contrainte d'endosser le rôle dont elle a toujours rêvé mais qui s'annonce dépasser très largement les impératifs et les conséquences qu'elle s'était imaginée...
« Citation. »
Cette année aura été riche à bien des égards et si le blog gagne doucement en importance, certains auteurs font leur petit bonhomme de chemin de leur côté. L’année dernière, l’autrice du Joyau de Vissara m’a gentiment contactée sur facebook pour me proposer la lecture de son nouveau livre. Quelques semaines après cet envoi, elle m’indiquait la possibilité de retarder cette lecture puisque son bébé venait de trouver un éditeur. Chose promise, chose due ; voici aujourd’hui le moment de vous parler du premier tome des aventures d’Elowa et de Varnlock.
Ce premier tome est un premier tome qui fonctionne plus que bien ; il introduit à la fois le lecteur au monde du dôme, des Élus et des Travailleurs mais sans jamais le perdre en descriptions, en digressions ou autres précisions qui pourraient très rapidement devenir lassantes. L’histoire se met très rapidement en place, si bien que nos deux héros se rencontrent pour la première fois seulement quelques pages après l’ouverture du roman. Pour ce qui est des personnages justement, l’autrice joue sensiblement avec les stéréotypes qui sont de plus en plus en vogue côté Fantasy : une jeune héroïne qui, outre les particularités qui la font se distancier des autres Élus, se montre tête brûlée et prête à tout pour changer enfin le monde dans lequel elle évolue. Un Travailleur également un cran au dessus du reste des citoyens de sa caste. Une histoire d’amour impossible qui amorce plusieurs péripéties. Des péripéties amoureuses, des péripéties de cour puis finalement des péripéties d’ordre Science‑Fiction. Si je ne m’attendais pas à une chose, c’était bien la forme que prendrait cette histoire. Je m’attendais à ce que la romance serve la Fantasy mais finalement la romance sert surtout la dystopie.
En effet, ce premier tome des Enfants de Lumière est bien loin de l’histoire de Fantasy habituelle, de même qu’il est bien loin de l’image que je m’en étais figuré. Ici la composante Fantasy m’a semblé sublimer un univers avant tout dystopique qui côtoie de très près une dimension SF mais également et surtout même, donner lieu à de jolis tableaux contemplatifs du côté de la romance (notamment les entrevues devant l’Arbre aux Sylphides). On y retrouve bien évidemment les ingrédients communs à la Fantasy : être surnaturels comme les Sylphides déjà évoqués en passant par des Centaures à la peau bleue, une prophétie qui consacre une héroïne déjà en marge de sa propre société, des impératifs d’ordre politique, etc. Mais le tout sert à mon sens une démarche d’écriture plus globale, comme une mise en garde contre les comportements humains, ou comme une réécriture des exactions passées. Rappelons que dans ce tome, Vissara est la cible d’une colonisation humaine en quête de richesses et de beauté. Le système des castes interne à l’univers jure avec l’image que s’en font les Terriens. Toujours est‑il que la composante Fantasy m’a semblé enrichir, pour ne pas dire parer, l’histoire d’un soupçon de magie qui fonctionne de paire avec l’écriture de l’autrice.
Une écriture toute douce qui ne fait que renforcer l’idée de contraste entre l’héroïne et les autres. Qui fait ressortir la divergence d’opinion, de point de vue, l’incompatibilité d’une femme et d’un milieu qui ne peut la satisfaire tant il est rigide et foncièrement malsain pour elle. Pourtant, sur ce point, l’autrice a su mener correctement le ton prophétique donné au destin d’Elowa. Contrairement à d’autre livre que j’ai pu lire du genre, cette fatalité d’Élu finalement, ne donne pas dans la surenchère. Même si Elowa est une femme forte, elle est une femme perfectible ; son caractère est à la fois une force et une faiblesse. Petite mention également à la phrase de début de chapitre, qui sait à tous les coups éveiller la curiosité avant lecture et incarner ce même chapitre après lecture.

En clair, j’ai passé un agréable moment en compagnie d’Elowa et de Varnlock même si je dois avouer que la part belle faite à la romance m’éloigne un peu de cette lecture. Même si ce premier tome n’illustre pas ce qui me plait le plus dans la Fantasy, j’ai trouvé le mélange des genres vraiment très intéressant et il faut le dire : vraiment très prenant. Aussi, j’ai hâte d’en apprendre plus au sujet du Joyau de Vissara ! Je le recommande à tous les férus de romances magiques et féériques !

Pour acheter le livre : Le Joyau de Vissara


Article précédent Retour à l'accueil Article suivant

Commentaires