★ Abri 19 (#54)

«  Il y a onze ans, un mystérieux brouillard a recouvert la terre. Les scientifiques n’ont pas réussi à l’endiguer ou même, ...

Abris 19

Quatrième de couverture
«  Il y a onze ans, un mystérieux brouillard a recouvert la terre. Les scientifiques n’ont pas réussi à l’endiguer ou même, à l’expliquer. Les gouvernements du monde se sont résignés à préserver une partie de la population en l'enfermant dans des bases secrètes. Lorsqu’un accident survient dans l’abri 19, Liam doit faire un choix. Respecter les lois de l’abri ou sauver la vie de sa sœur et risquer l’exil dans un monde dévasté.  »

Mon avis
Merci du fond du cœur à l'autrice qui n'a pas hésité une seule seconde à m'envoyer son nouveau roman.

Notre histoire commence au sein de l'abris, au sein du brouhaha de terreur, au sein d'un chaos environnant complet. Un accident est survenu dans l'abris, plus rien n'est sûr, même pas la sécurité des abrités. Pire que tout, Liam ne trouve plus sa sœur. Le choix s'impose très rapidement : il faut soit obéir aux règles de l'abris au risque de perdre un membre de sa famille, ou accepter de risquer sa protection et sa vie pour espérer préserver sa sœur. Dans tous les cas, Liam perdra quelque chose ; reste à savoir si le poids d'une conscience n'est pas plus léger qu'une vie hors des murs d'enceinte du bunker...
« none. »
J'entends parler de Myriam Caillonneau depuis un sacré moment ; sur la blogosphère, sur twitter ou même sur bookstagram, l'autrice a notamment fait des vagues avec sa précédente saga Yggdrasil. Depuis ces "on dit" unanimes quant à la valeur de l'autrice, ma curiosité était déjà bien soufflée. Alors quand j'ai vu débarquer sur SimPlement ce nouveau bébé fraichement paru et joliment nommé Abris 19, mon sang n'a fait qu'un tour. Vous aurez probablement déjà compris que mon cœur de fana achevée a de surcroit réagi au simple mot "abris" (j'avais déjà armé le PipBoy, prête à endosser une belle armure). Ni une, ni deux, je me plonge dans un univers post apocalyptique où le brouillard menace l'existence humaine. Première plongée en terrain SF depuis un sacré moment, Abris 19 est une bonne mise en jambe pour un retour en douceur dans un univers du genre. Pourtant, j'ai du reposer le livre à la première lecture. La rencontre n'a tout simplement pas trouvé son moment à la première lecture. J'ai donc pris mes distances, ai trouvé le courage de reposer le livre et de m'y attaquer lors d'une insomnie. Et cette fois j'ai compris pourquoi l'autrice faisait tant parler d'elle.
Un univers bien ficelé sans être hors de portée, original tout en maintenant un lien perceptible avec d'autres ouvrages du genre, une écriture à la fois fluide et légère, terrible d'efficacité ; je ne demandais pas mieux. L'ambiance est de celle que l'on peu attendre dans ce genre d'histoire, l'oppression d'un abris clos ne saurait prendre le pas sur celle d'un dilemme intérieur qui se joue à la faveur de la volonté seule ; Liam est maitre non seulement de son destin mais également maitre de celui de sa sœur et c'est là tout l'enjeu de l'intrigue. J'y ai retrouvé cette relation particulière d'une Katniss bravant les règles d'un district 13 à seule fin de sauver sa sœur et son chat. Toutefois, la sentence d'un dehors et autrement plus opaque, plus dangereuse, plus terrifiante. J'y ai également retrouvé une influence Lovecraftienne qui semble me poursuivre ces derniers temps. Et bien entendu, j'ai trouvé une influence à la Bethesda mais celle-ci est surtout dûe à une âme volontairement corrompue. Le rythme, bien géré, ce début in medias res qui force l'introduction à l'univers... Tout est savament dosé et ça marche.
Tout marche en effet, à une petite exception près. A mon sens, les personnages auraient gagné à acquérir une certaine maturité. Certains comportements, certaines réactions m'ont semblé trop naïve, presque dommageables. Cette naïveté participe forcément à l'attachement au personnage ; Liam était un compagnon de lecture des plus agréables. Pour autant, cette mentalité a failli m'agacer sur le long terme sans que je réussisse à réellement le doigt sur le moment qui a inversé la tendance. Le roman est estampillé jeune adulte et non seulement orienté jeunesse. Je trouve donc dommage certaine réflexions peut‑être trop crédules, pas assez posées. Peut-être aurais‑je été définitivement conquise par un approfondissement des personnages qui auraient fatalement impacté l'organisation même de la trame. Toujours est‑il que l'Abris 19 a été un bon refuge, une parfaite option pour tromper mon ennui. Bien qu'il n'a pas été un havre de paix, j'en ressors sereine et mine de rien satisfaite.

En clair, Abris 19 présente un voyage au cœur de la désolation qui pourra plaire à la majorité ; malgré quelques petits points un petit peu dommage, il reste une superbe échappée post‑apo qui pourrait même être un fabuleux point de départ à la littérature de science fiction pour un lecteur un peu plus jeune.

Pour acheter le livre : Abris 19

Vous aimerez peut-être :

0 commentaires