★ Le Livre des Portes (#44)

Galénor le livre des portes d'Audrey Verreault

Quatrième de couverture
« Dans un monde où cohabitent humains, elfes et inferniths – des êtres hybrides mi‑humains, mi‑démons comme des muses, des vampires, des chimères… la guerre fait rage. Mené par un mage noir nommé Kendrick, un groupe d’inferniths terrorise Galénor depuis des décennies – meurtres, maisons incendiées et disparitions s’enchaînent… JudyAnn, une jeune paysanne, voit sa vie changée à jamais lorsque le célèbre Edgar Grimm Mérindol lui apprend qu’elle est une géminie, sorte de magicienne qu’elle croyait pourtant disparue… Elle partira pour la grande cité de Godwynn où elle apprendra à maîtriser ses pouvoirs avec Vincent, un professeur et un vampire pas comme les autres…
Amitié, amour, trahisons, surprises et dangers mortels l’attendent, dans un monde où il est parfois difficile de différencier le vrai du faux et où de vieilles craintes et superstitions se sont installées…
Le livre des Portes est le premier tome des aventures de JudyAnn à travers Galénor. »

Mon avis
Outre la couverture, c'est le résumé qui a attisé ma curiosité ; un grand merci à son autrice pour l'envoi de son roman.

Nous faisons la connaissance de JudyAnn, tavernière ou plutôt maitresse d'hôte dans l'auberge de sa famille adoptive. Entre les rares réceptions à l'auberge et son travail aux champs, JudyAnn se prépare à passer le test magique. Celui qui définira si oui ou non elle possède le don de magie. Le don qui pourrait lui permettre de mener une vie plus agréable que celle que le destin lui a donné, une vie qui lui permettrait de mettre sa famille en sécurité, de leur accorder une vie meilleure.
Lors de la visite du célèbre et même légendaire Mérindol, le couperet tombe : JudyAnn n'est pas seulement une magicienne, elle est une Géminie. Dès lors, il devient impératif pour elle d'apprendre à utiliser ses dons et d'apprendre à connaitre ceux qui seront sa nouvelle famille. Force est pour elle de constater que son statut ne correspond pas exactement à ce dont elle avait espéré.
Dans le lot, le vampire Vincent, son professeur de magie, devient à la fois son plus précieux allié et la source de ses tourments. Comment distinguer le vrai du faux, le bien du mal dans un monde qu'elle ne connait que trop peu ?
« De toute façon, je ne vois pas l'utilité de ce pouvoir, dit JudyAnn. Je ferai quoi moi, devant Kendrick et ses fidèles ? Je vais sortir mon calepin et leur dire : Attendez un moment, je dois gribouiller quelque chose ??? »
Galénor est un livre qui m’a plu à mesure qu’il m’a frustrée. L’univers est probablement le point fort de la saga : à la fois vaste et fouillé, il reprend certains des codes fantastiques tout en les enrichissant de données propres à l’imaginaire de l’auteur. L’histoire se déroule dès lors dans un monde convainquant, agréable et terriblement entrainant. Les vampires aux caractéristiques usées dans le monde littéraire côtoient des créatures inédites ou du moins, des créature que l’actrice s’est appropriée. L’histoire en elle‑même contribue à une atmosphère efficace ; je dois avouer que la lecture s’est révélée très très prenante et c’est avec empressement que je replongeais à chaque fois dans l’histoire.
Il y a toutefois un mais… L’histoire en elle‑même est chouette. Quelque peu simple mais vraiment chouette ; en fait je n’aurais rien trouvé à y redire si elle affichait clairement une tendance plutôt jeunesse (qui à mon sens lui reviendrait de droit). Les combats sont intenses mais atténués. Les obstacles réels mais trop facilement surmontés. La romance étudiée mais retenue. Parlons justement de cette romance… Elle est selon moi le gros moins de ce tome ; pas qu’elle ne soit pas désirée, mais qu’elle soit abordée de cette façon. L’enchainement de l’intrigue et le manque de repère chronologique concrets donnent l’impression qu’elle arrive trop vite. Elle ne réserve malheureusement pas de surprise et se révèle être beaucoup trop clichée. Les dialogues intérieurs de JudyAnn m’ont fait lever les yeux à plusieurs reprises, au même titre que les quelques répétitions du style « entre autre », « par contre » ou encore « t’inquiète ». Des « t’inquiète » en veux‑tu en voilà sortant de la bouche d’une créature millénaire ; de quoi lui retirer sa crédibilité. C'est justement cette surenchère qui forme le point qui m’a le plus profondément chagrinée : en plus d’être exceptionnelle du fait de son rang de magicienne (statut relativement rare en Galénor), JudyAnn se trouve être l’exception des exceptions : à chaque obstacle arrive un nouveau don qui lui permet de se dépêtrer de la situation sans même avoir à réfléchir plus d’un quart de seconde.
Outre les répétitions, j’ai pu relever quelques petites maladresses dans l’écriture et dans la trame narrative. Quelques petits points noir qui m’ont obligée à relire certains passages pour être certaine de les comprendre correctement. Dommage sur ces points donc, mais il n’en demeure pas moins vrai que j’ai passé un bon moment et que j’attends non sans enthousiasme la suite des aventure de la Géminie. En effet, critiquer ce roman est aussi nécessaire de compliqué : le fond est génial. L’écriture reste somme toute agréable, très simple et de fait très fluide, très efficace. C’est cette efficacité qui m’a le plus bluffée, cette efficacité et le caractère addictif de l’histoire. Le livre était difficile à abandonner et c’est toujours avec plaisir et empressement que je retournais en Galénor. L’aptitude géminique de JudyAnn m’a rappelé un livre lu il y a très très longtemps : Émilie et le crayon magique. Elle a, dans le même temps, suscité un petit élan de nostalgie plutôt agréable.
Dans l’ensemble, Le Livre des Portes est un bon premier tome. Le rythme est bien géré. L’histoire si elle est simple est bien maitrisée. Le style plutôt neutre rend l’intrigue accessible et enfin, l’univers est franchement bien établis. Toutefois, je pense que la saga n’a pas correctement visé son public : une mention jeunesse serait sans doute la bienvenue et permettrait de supprimer quelques unes des critiques que j’ai pu faire. D'autant plus que certains messages, qu'ils prônent l'égalité ou la tolérances, sont délivrés avec justesse.

En clair, ce premier tome comporte quelques petites zones sombres un peu dommage. Je suis néanmoins obligée de reconnaitre que le tout fonctionne, et qu'il fonctionne plutôt bien. Il s'agit là d'un bon page‑turner, d'une lecture‑loisir agréable qui procure un chouette moment de détente. Je suis impatiente de connaitre ce qu’il adviendra de ces magiciens.

Pour acheter le livre : Galénor le livre des portes d'Audrey Verreault


Article précédent Retour à l'accueil Article suivant

Commentaires