★ Le sacrifice des dieux (#37)

Le sacrifice des dieux de Christophe Michaud

Quatrième de couverture
« Suivez un enquêteur du Saint Office au jour le jour par l'intermédiaire de son journal. Vivez son enquête de l'intérieur. Soyez confronté à ses découvertes, à ses cauchemars, à ses doutes. A la lecture d'un livre terrible, il plongera au coeur des secrets les plus obscurs. Son esprit résistera‑t‑il à ces révélations que l'Eglise nous cache ?
Partez sur les traces de l'indicible dans un voyage initiatique et parcourez l'Europe. Assisterez‑vous au sacrifice des Dieux ? Ce récit inspiré de l'univers de H.P. Lovecraft vous emmènera dans les contrées inexplorées de son oeuvre. »

Mon avis
J'ai postulé à ce service presse comme je me serais retournée sur le livre dans une librairie ; d'abord par le soin apporté à sa couverture, ensuite pour la lecture de sa quatrième de couverture. Je remercie de tout mon cœur Christophe Michaud pour l'envoi de son roman, ainsi que pour sa petite dédicace.

Nous découvrons le quotidien d'un enquêteur du Saint Office français. Envoyé en mission de "nettoyage" au sein d'un groupe d'adorateurs qui menacent l'équilibre naturel du monde, ce pauvre protagoniste risque de vite déchanter. Bien loin d'être une mission de santé, la force et les armes ne suffiront pas à défaire le mystère de la pieuvre. Dans son périple, le jeune français fera la connaissance de plusieurs entités, humaines ou non, qui lui apporteront tour à tour leur aide et s'opposeront à lui. A la lecture d'un livre étrange, l'enjeu du combat se dédouble : la balance doit être maintenue entre le Bien et le Mal religieux et entre le Bien et le Mal personnel. Mais quelle est la limite entre ces deux notions ? Le sacrifice des Dieux risque d'être bien plus important que ce que s'était figuré notre enquêteur...
« Il m’a demandé pourquoi je faisais ce travail. C’est une question que je ne me pose plus, mais j’ai mis du temps à y répondre. Je suis un homme de Dieu, ça ne veut pas dire que je suis un homme d’Eglise. Je ne suis pas non plus intime avec Dieu. J’oeuvre pour la Sainte Inquisition, car il faut malheureusement garder un rempart entre le Bien et le Mal. »
Essayons de commencer par le commencement, c'est à dire par ce qui m'a fortement intriguée de prime abord : le soin apporté au livre. Pas bien me direz‑vous, il ne faut pas juger un livre à sa couverture... Oui. Mais je mentirais si je soutenais que cette fameuse couverture n'a pas joué un grand rôle dans ma demande de SP. Parce que oui, la couverture est très réussie, mais le livre n'est pas qu'une couverture ; il est une petite mine de détail, d'indices, de pièces à convictions qui servent à la fois l'intrigue et la forme du roman. Rappelons‑le, il ne s'agit pas ici d'une narration purement romanesque ; il est question en fait d'un journal tenu à jour par le personnage principal dans sa quête pour le Saint‑Office. De cette façon, le roman ce compose comme une sorte de pièce à conviction, de pêle-mêle géant rassemblé par notre personnage principal pour illustrer son propose et mettre en lumière les problèmes du monde. Déroutants et irrévocablement séduisants au prisme de la lecture, ils sont à la fois un plus et une nécessité. Chose étrange j'en conviens, mais j'aurais sans doute éprouvé un sentiment de manque s'ils n'avaient pas accompagné le récit. Heureusement, ils viennent le compléter d'une jolie façon, le rendant riche et je dirais même complet.
Difficile de s'attarder sur les personnages ; je ne parlerai donc que rapidement du personnage principal. Courageux, tiraillé par de nombreux maux, il n'en reste pas moins fort sur le versant psychologique. Les épreuves qu'il surmonte tant les choix qu'il effectue lui confèrent un sang‑froid, un professionnalisme qui m'ont surprise. Les moments de perditions sont brillamment menés, quasiment toujours suivi d'une remise en question franchement chouette, tant sur le plan de l'intrigue que sur le plan du personnage. Ils sont très certainement les passages que j'ai préféré dans le sens où l'impulsion qu'ils accordent à l'intrigue est vraiment bien pensée. De même, les choix narratifs contribuent à instaurer une réalité qui, selon moi, n'apporte que du bon : le journal est abandonné par le protagoniste, récupéré plus tard et mis en forme par un inconnu qui ne se nomme pas mais qui s'explique dans une préface qui donne du relief à l'histoire qui s'en suit. Le point de bascule du protagoniste, à savoir la lecture du fameux manuscrit (qui m'a très légèrement fait penser à l'Oghma Infinium de The Elder Scrolls cinquième du nom) m'a tout bonnement conquise et les évènements qui le suivent ont achevé de m'embarquer dans l'histoire. Comme je l'ai dis un peu plus haut, je n'ai pas éprouvé de sentiment de manque malgré les points d'ombre de l'histoire et malgré la rapidité du roman. J'ai justement trouvé que le format journal ajoutait un petit quelque chose de vraisemblable qui fait qu'on ne peut simplement pas le regretter ou le pointer du doigt.
La question du bien et du mal ne cesse de se poser et ses barrières sont très souvent repoussées. J'ai été étonnée de la densité de ce roman, mis en relation avec son nombre de pages. En 130 pages et une intrigue qui court sur environ un an, le voyage est impressionnant et les remises en question nombreuses. En effet, j'ai trouvé très intéressante l'opposition entre croyances chrétienne et antique (pardonnez le barbarisme, je ne sais comment l'exprimer autrement). Opposition qui s'illustre à merveille lors des révélations finales.
L'écriture, elle, à la fois simple (nécessairement liée à la forme du récit), reste très recherchée. Belle quand il le faut, énigmatique quand c'est nécessaire et tout bonnement jolie quand c'est requis. Vous l'aurez bien évidemment compris, j'ai été conquise par ce tome qui ouvre la saga du Codex Memoriae pour lequel j'aurai une attention toute particulière. Mention spéciale également à la dédicace de l'auteur qui, en plus de m'avoir vraiment fait plaisir à la réception du colis, s'est parée d'un sens tout nouveau une fois le livre refermé : un sens du détail, donc, apporté jusque dans le rapport au lecteur qui me fait tirer mon chapeau à l'auteur qu'est Monsieur Michaud.

En clair, je suis déjà très emballée par ce premier livre qui promet du bon pour la suite de ma découverte de cet auteur !

Pour acheter le livre : Le sacrifice des dieux de Christophe Michaud


Article précédent Retour à l'accueil Article suivant

Commentaires

  1. Un livre qui a l'air très sympa, j'aime beaucoup le concept !
    Kin

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire