★ Hésitation (#3)

Couverture du livre Hésitation de Stephenie Meyer

Quatrième de couverture
« Deux futurs, deux âmes sœurs... C’était trop pour une seule personne. Je compris que ce n’était pas Edward et Jacob que j’avais essayé de réconcilier, c’étaient les deux parts de moi-même, la Bella d’Edward et la Bella de Jacob. Malheureusement, elles ne pouvaient coexister et j’avais eu tort de tenter de les y contraindre. A présent, je ne doute pas de ce que je désire, ni de ce dont j’ai besoin... ni de ce que je vais faire, là, maintenant. »

Mon avis
Sitôt le seconde fermé que j’ouvre le troisième. La saga de Stephenie Meyer est tout de même sacrément addictive.

Nous reprenons l’histoire peu de temps après la réunion de nos protagonistes. Isabella a retrouvé son amour, et avec lui, le goût pour la vie. Edward s’accorde à reconnaître que la vie sans elle serait bien trop compliquée. Et Jacob, profondément blessé de n’avoir pas été choisi par elle, refuse catégoriquement de lui adresser la parole. Pour la protéger de Victoria, et de la situation incontrôlable de Seattle, Edward va la pousser à rendre visite à sa mère à Phoenix, au risque de lui mentir. En effet, les assassinats et les disparitions s’enchainent non loin de Forks, et tout laisse penser qu’un vampire est en passe de lever sa propre armée. Tenus par la promesse de vampiriser Bella faite au Volturi, et par le fait qu’elle ne le soit toujours pas, les Cullen ne peuvent se résoudre à laisser la situation dégénérer. Pour réussir à garder l’avantage lors du combat qui va les contraindre à affronter les nouveaux nés, et sous forme d’un ultime accord, la meute Quileute va rejoindre leurs rangs et prendre part à la bataille. Une nouvelle fois aveuglée par la peur, et éprouvée par ses promesses, Bella va devoir faire un choix, une bonne fois pour toutes.
« Je peux combattre les nuages. Pas une éclipse. »
Si j’avais eu à nommer ce bouquin, j’aurais choisis « Frustration » plutôt que « Hésitation ». La bipolarité de Bella a achevé de m’exaspérer et son égoïsme atteint des sommets : elle qui vient de passer les 6 mois les plus éprouvants de sa jeune existence parce qu’elle croyait avoir perdu l’amour de sa vie, se met à douter de ses sentiments et peine à se décider entre le loup et le vampire. A mon sens, non elle n’est pas amoureuse de Jacob, elle est simplement attirée parce qu’il représente tout ce qu’elle n’a pas et qui lui est « interdit ». Jacob, lui, devient le crétin par défaut, imbu de sa personne et incroyablement arrogant. J’ai eu l’impression, en lisant leur manège à tous les deux, de rencontrer des enfants qui cherchent à se jouer de l’autorité parentale. Quand à Edward, complètement stoïque, il n’a jamais un mot au dessus de l’autre pour remettre Bella à sa place et ne cesse de répéter qu’il ne lui en tient pas rigueur. D’accord, il s’est aperçu ne pas pouvoir vivre sans elle et accepte donc de faire des concessions, mais il y a des limites. En bref, je n’ai pas compris la moitié de ses réactions et je regrette ses manières d’agir illogiques, parce qu’elles décrédibilisent l’ensemble du bouquin qui n’est pas mauvais en soi. En fait, je dirais même que des trois, il est mon favori parce que certains points m’ont réellement enchantée dans ce tome : la formation de l’armée, l’atmosphère créée par l’hypothétique intervention des Volturi, le plongeon dans les légendes Quileutes, le nouvel accord entre loups et vampires, le passé ressurgissant des différents membres de la famille Cullen, les retrouvailles avec Victoria... J’ai adoré en apprendre plus sur les personnages, et j’ai vraiment eu l’impression de redécouvrir chacun d’eux au travers de ces souvenirs : surtout Rosalie, qui jusque là n’était pas franchement des plus intéressantes. Côté écriture, c’est toujours le même combat ; le rythme est vraiment bon et le style simpliste. Toutefois, la lecture reste agréable.

En clair, j’ai adoré l’histoire de ce troisième tome. Seulement, j’ai été un fois de plus, totalement déçue par l’attitude des protagonistes, que je ne comprends résolument pas.

Pour acheter le livre : Hésitation de Stephenie Meyer


Article précédent Retour à l'accueil Article suivant

Commentaires