★ Cinquante nuances plus claires (#7)

Couverture du livre 50 nuances plus claires de E.L James

Quatrième de couverture
« Ana et Christian ont tout pour être heureux : l'amour, la fortune et un avenir plein de promesses. Ana apprend à vivre dans le monde fastueux de son M. Cinquante Nuances, sans perdre son intégrité ni son indépendance, tandis que Christian s'efforce de se défaire de son obsession du contrôle et d'oublier son terrible passé. Mais bientôt, alors que tout semble leur sourire, le destin les rattrape et leurs pires cauchemars deviennent réalité... Un happy end est‑il possible pour Christian Grey et Anastasia Steele ?
Romantique, libératrice et totalement addictive, la trilogie Fifty Shades, dont Cinquante nuances plus claires est le dernier volume, vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais. »

Mon avis
Troisième et dernier volume de la trilogie que j’enquille directement à la suite du second. De quoi me faire un avis définitif sur le travail de E. L. James et de son succès planétaire.

Nous suivons ici nos deux amoureux (qu’on ne présente plus) dans leur nouvelle vie de jeunes mariés. Ana doit se faire à sa nouvelle vie, et Christian doit apprendre à lâcher du lest. Chacun redécouvre l’autre, dans le cadre magique d’un long voyage de noce. Anastasia redonne sa confiance à Christian, tandis que lui accepte qui il est. Elle essaie de lui faire comprendre que même s’ils sont mariés, elle a besoin de son indépendance. Lui, lui explique qu’il a besoin de la savoir en sécurité et qu’il a simplement peur pour elle. Mais alors qu’ils se plongent dans leur futur commun, leur couple est rattrapé par le passé, et menacé par le présent. A leur romance vont s’emmêler une sale histoire de règlement de compte, et un désaccord qui risque d’y mettre un terme.
« Je ne veux pas t’étouffer, Ana. Je ne veux pas t’enfermer dans une cage dorée. Enfin… (Il se tait un instant, et son visage s’assombrit.) Enfin, la partie raisonnable de mon esprit ne le veut pas. »
Nos deux tourtereaux coulent des jours heureux, et Ana n’est toujours pas satisfaite de son sort dans ce tome. J’ai vraiment eu envie de la secouer. Christian a beau chercher à la rassurer, à lui expliquer qu’elle est la femme qu’il attendait, à vouloir officialiser leur union, non. Madame doute de lui suffire, au point qu’elle cherche à le réintroduire à la sexualité un peu plus brutale. Ce n’est pas que c’est dérangeant en soi, c’aurait même pu faire parti d’une sorte de compromis entre eux, c’est que j’ai trouvé ça très égoïste en réalité. J’ai eu l’impression que sous couvert de cette crainte de ne pas être celle qu’il lui faut, elle cherchait à assouvir ses propres envies plutôt qu’être vraiment axée sur l’épanouissement de Christian. Et j’ai trouvé ça dommage. Grey se rend de plus en plus compte que tous les moyens qu’il déploie pour contrôler sa femme sont vains. Il reconnaît qu’elle a le droit à une certaine liberté et s’attache à lui accorder un semblant d’indépendance. J’ai trouvé que finalement, le fossé entre les deux personnage n’a jamais été aussi creusé que dans ce volume : Christian apprend de ses erreurs et cherche (avec du mal, mais cherche quand même) à y remédier tandis qu’Anastasia campe sur sa position de jeunette écervelée. Toutefois, j’ai aimé sa prise de position quant au « petit pois », et qu’elle lui tienne à ce point tête pour quelque chose qu’elle juge important. Comme quoi, elle peut faire preuve de volonté. L’intrigue secondaire n’est pas mauvaise, même si j’ai préféré celle du second tome. Etonnamment, j’ai été très heureuse de l’issue du couple Katherine/Elliot, qui m’a arraché un petit sourire. J’ai peut‑être été moins touchée par celle de Christian et Anastasia, sans doute parce qu’elle était évidente. Toujours aucune révolution du côté écriture et dynamique. Je me dis par contre, au terme de cette lecture, qu’un livre ou peut être deux au grand maximum auraient suffit. Je pense que beaucoup de réflexions redondantes n’apportent rien à l’histoire et au développement des personnages pour légitimer leur présence.

En clair, je suis contente d’avoir lu cette trilogie, même si je n’ai pas retrouvé les promesses avancées par l’autrice, sauf l’addiction qu’elle procure. Je n’ai ni fantasmé, ni haleté, ni été réellement transportée. J’ai tout de même passé un bon moment.

Pour acheter le livre : 50 nuances plus claires de E.L James


Article précédent Retour à l'accueil Article suivant

Commentaires