★ Cinquante nuances de Grey (#5)

Couverture du livre 50 nuances de Grey de E.L James

Quatrième de couverture
« Anastasia Steele, étudiante en littérature, a accepté la proposition de son amie journaliste de prendre sa place pour interviewer Christian Grey, un jeune et richissime chef d’entreprise de Seattle. Dès le premier regard, elle est à la fois séduite et intimidée. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l'oublier, jusqu'à ce qu'il débarque dans le magasin où elle travaille à mi‑temps et lui propose un rendez‑vous. Ana est follement attirée par cet homme. Lorsqu'ils entament une liaison passionnée, elle découvre son pouvoir érotique, ainsi que la part obscure qu’il tient à dissimuler...
Romantique, libératrice et totalement addictive, la trilogie Fifty Shades, dont Cinquante nuances plus claires est le dernier volume, vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais. »

Mon avis
J’ai fais l’acquisition de la trilogie quelques jours avant la sortie du film au cinéma, et j’ai réussi à lire les 3 avant cette même sortie.

Nous rencontrons Anastasia Steele, étudiante en littérature anglaise, qui va se retrouver prise dans les filets du richissime et tourmenté Christian Grey. Pour aider son amie de toujours et lui éviter la perte de son article, Ana va accepter d’endosser le rôle de journaliste et de partir à l’assaut des locaux de Grey Enterprises Holdings Inc, pour interviewer le jeune PDG. Après cette entrevue, elle n’a que Christian à l’esprit, alors quand il débarque dans le magasin où elle travaille et lui propose une séance photo pour illustrer l’article de Katherine, Anastasia jubile. Après cette séance photo, la relation entre Ana et Christian ne va cesser de rebondir, et Ana va découvrir le côté sombre de son monsieur 50 nuances. Il va l’initier à son monde, et elle acceptera de repousser ses limites, jusqu’au point critique qui risquera de tout faire basculer.
« - Pourquoi n'aimes-tu pas qu'on te touche ? - Parce que je suis fait de cinquante nuances de salauds, Anastasia. »
Je dois dire que j’ai été très refroidie par certaines critiques qui annonçaient le roman comme dégradant la cause féminine. Mais présenté dès le départ comme un Twilight version BDSM, j’étais aussi curieuse de voir ce que cette histoire pouvait donner. J’ai donc respiré un bon coup, et je me suis lancée dans cette lecture, en m’attendant tout de même à quelque chose d’absolument horripilant, voir barbare, quelque chose qui soit révoltant. On est finalement bien loin du compte. Si j’avais été Ana, j’aurais giflé ce gentil monsieur puis j’aurais quitté ses bureaux (de rage) sans me retourner... Mais Ana n’est pas moi, et elle est subjuguée par ce « dieu grec » à qui elle a été contrainte de se présenter. Parce que oui, Ana est une midinette à 2 mains gauches, trop naïve, toujours tiraillée entre sa déesse intérieure et sa conscience. Elle aspire au grand amour, à la romance idyllique et à la douceur d’une relation équilibrée. Sauf que c’est à Christian qu’elle va se frotter : un homme intelligent, tourmenté, hautain, carrément arrogant et trop sûr de lui. Et c’est surement là le plus gros défaut du livre : les caractères vraiment très stéréotypés des personnages, et les décisions franchement idiotes prises pendant tout le long de l’intrigue. Personne n’est jamais sûr de rien, et c’en devient parfois lassant. L’histoire est déjà vue, il faut le dire : une jeune femme se décrivant comme banale tombe, pour la première fois, amoureuse du bourreau des cœurs inaccessible et mystérieux. Tout les sépare, ils sont bien trop différents, en somme leur amour semble impossible. Déjà vue, oui, et pourtant elle a un petit quelque chose qui m’a quand même plu et j’ai passé un bon moment avec ce bouquin. Histoire romantique, je ne suis pas certaine, je ne l’ai pas trouvé libératrice non plus, mais addictive oui. Cette promesse est tenue et les pages se tournent très rapidement. L’écriture n’est pas fantastique, mais on ne s'ennuie pas.

En clair, non ce n’est pas de la grande littérature et non ce n’est pas un livre que je relirai des centaines de fois. Cependant, la lecture est restée agréable, assez agréable pour me donner l’envie de poursuivre sur le second tome.

Pour acheter le livre : 50 nuances de Grey de E.L James


Article précédent Retour à l'accueil Article suivant

Commentaires